Why I paint  

sans titre, encre sur papier, 70 cm sur 60 cm, 2014, collection privée. 

sans titre, encre sur papier, 70 cm sur 60 cm, 2014, collection privée. 

Je garde toujours une vision pessimiste du monde dans lequel nous vivons, mais je ne me considère pas comme un simplesurvivant qui déplore une culture disparue, mais comme un homme qui observe les fondements de cette culture et cherchele moyen de trouver une nouvelle expression.

                                                                                                         - Hao WU

僕は常に悲観的な世界観を持っております、ただ、ここで、ある文化の死滅をまだ生き延びている者、滅びゆく文化の涙を注ぎ、自分が生き残りにすぎない事を心得ている者ではなく、その文化の基本の条件に注目し、それが新しい定式を得る道を探る者です。

                                                                                                               吴昊

Siempre mantengo una visión pesimista de este mundo en que vivimos, pero no me considero un mero sobreviviente que se lamenta de una cultura fenecida, sino un hombre que observa los fundamentos básicos de esa cultura y busca el camino para descubrir una nueva expresión. 

                                                                                                            Wu Hao

                                                                traduit par Monsieur Roberto Ouest

60 cm sur 60 cm, encre sur papier, 2013.
collection privée. 

60 cm sur 60 cm, encre sur papier, 2013.

collection privée. 

80 cm sur 50 cm, encre sur papier, 2013.

80 cm sur 50 cm, encre sur papier, 2013.

Lac Léman, 70 cm sur 70 cm, encre sur papier, 2013.

Lac Léman, 70 cm sur 70 cm, encre sur papier, 2013.

Shen Zhen, 70 cm sur 70 cm, encre sur papier, 2013. 

Shen Zhen, 70 cm sur 70 cm, encre sur papier, 2013. 

Comment pouvait-on rester là, sou le feu? Comment pouvait-on dormir? Comment se réveillait-on? Où fallait-il puiser un peu d’espoir pour avoir quelque énergie? La pluie, la boue, le cafard, le froid, les obus…           Tardi
16 cm sur 16 cm, encre sur papier, Paris, 2010.

Comment pouvait-on rester là, sou le feu? Comment pouvait-on dormir? Comment se réveillait-on? Où fallait-il puiser un peu d’espoir pour avoir quelque énergie? La pluie, la boue, le cafard, le froid, les obus…           Tardi

16 cm sur 16 cm, encre sur papier, Paris, 2010.

60 cm sur 60 cm, encre sur papier, 2014, Paris. 

60 cm sur 60 cm, encre sur papier, 2014, Paris. 

90 cm sur 60 cm, encre sur papier, 2014, Paris.

90 cm sur 60 cm, encre sur papier, 2014, Paris.